Archives expositions personnelles France

  Sheela Gowda, Open Eye Policy

  CIAP Île de Vassivière

  19.01 - 16.03.2014

Communiqué de presse


Le centre international d’art et du paysage accueille l’artiste indienne Sheela Gowda pour sa première exposition personnelle en France, Open Eye Policy (Politique de l’œil ouvert), un projet itinérant initié par le Van Abbemuseum d’Eindhoven (commissaires : Annie Fletcher et Grant Watson) qui rassemble de grandes installations, des sculptures et des photographies réalisées ces vingt dernières années.

Après Eindhoven, Lund et Vassivière, l’exposition poursuivra son parcours à l’IMMA de Dublin.


Le travail de Sheela Gowda assume une puissance d’abstraction des formes, au croisement de l’art informel et de l’abstraction historique indienne, tout en portant en lui un engagement politique, social et féministe. Le titre de l’exposition, qui évoque à la fois ouverture et vigilance, reflète ce regard de l’artiste sur son environnement.































.
















 







Sheela Gowda, Open Eye Policy

Exposition du 19 janvier au 12 mars 2014. Centre international d’art et du paysage, île de Vassivière - 87120 Beaumont-du-Lac. Tél.: +33 (0)5 55 69 27 27. Ouverture tous les jours sauf le lundi de 11h à 13h et de 14h à 18h.

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2014. Tous droits réservés

Au travers de photographies, d’installations monumentales et de sculptures associant des techniques artisanales à des matériaux organiques travaillés à la main (fils de couture, encens, cheveux, bouse de vache et barils de goudron servant à construire des habitats de fortune), le travail de Sheela Gowda révèle subtilement les questions socio-politiques de l’Inde actuelle, notamment le statut de la femme dans la société, les conditions de travail et les problématiques liées à l’écologie.

L’utilisation de techniques, de matériaux et de couleurs chargés de symbolisme offre au public des narrations au-delà des formes abstraites. À travers une confrontation entre vie rurale et vie urbaine, l’artiste suggère encore la force et la vulnérabilité de la nature humaine. Les matériaux qu’elle choisit revêtent une pluralité d’interprétations : « Travailler à la main un matériau me fait comprendre ses limites et son potentiel. De ce point de vue, je sans ce qui est réalisable et ce qui ne l’est pas. C’est la proximité avec le matériau qui définit l’aspect formel du travail et sa tangibilité. C’est pourquoi je ne sous-traite pas le travail physique de la création artistique. » (Sheela Gouda).

Les œuvres de l’exposition

Dans la pénombre intérieure du « Phare », Sheela Gowda réalise une œuvre originale pour Vassivière constituée par un ensemble de galettes de pain traditionnelles indiennes et d’encens. Dans la « Librairie » du centre d’art, deux vitrines présentent plusieurs carnets de dessins, photographies et archives éclairant sur la démarche de l’artiste. Dans la « Nef », l’artiste évoque la dureté des conditions de travail en Inde avec les œuvres Kagebangara (2001), installation réalisée à partir de matériaux détournés par des ouvriers sur les chantiers de routes et And… (2007), sculpture composée de cordes formées par des centaines de fils de couture torsadés et recouverts de kumkum (colorant rouge utilisé dans les cérémonies religieuses en Inde) et d’une multitude d’aiguilles placées à chaque extrémité.
Dans l’ « Atelier », Sheela Gowda présente une installation monumentale, Off All People (2010-2011) constituée d’assises de portes et de fenêtres modulables dans l’espace, ouvrant sur plusieurs sculptures de bois, incarnant des individus. Dans la « Salle des études », l’artiste présente une sculpture sonore, Some Place (2005), composée d’un ensemble de tuyaux de plomberie et d’un dispositif diffusant une émission de radio indienne. Avec A Blanket and the Sky (2004), elle recrée l’habitacle d’un ouvrier à partir de plaques de bidons aplatis ouvrant sur un ciel étoilé. L’exposition se termine dans le « Petit théâtre » avec Stock (2011), ensemble de cartons tels ceux des étalages de fruits et légumes remplis de boules de bouse de vache (combustible et matériau de construction) évoquant le travail réalisé par les femmes dans le Nord de l’Inde. Enfin, l’affiche Protest, my son (2011) représente un groupe de maoïstes indiens, population qui lutte pour la préservation de ses terres et pour la reconnaissance d’un Etat de droit plus juste.

Voir aussi sur ArtCatalyse International l’exposition de Sheela Gowda, Therein & Besides à Iniva, Remington Place, Londres, du 19 janvier au 12 mars 2011.



Archives expositions personnelles (G)