© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Marie Goussé, Invitation au Labyrinthe, chemins voilés

Communiqué de presse


Marie Goussé apprivoise et s’approprie l’espace et le temps en les révélant de ses voiles. La plasticienne investit une partie du parc paysager du Domaine de Vizille en y proposant un labyrinthe grandeur nature.


Elle vient naturellement en ce parc qui pour la toute première fois accueille une installation in situ. Placé sur la prairie avant l’aire de jeu, le visiteur percevra de loin l’immense forme fantomatique et flottante du Labyrinthe de Marie Goussé.


Ce dédale de  voiles, labyrinthe multicursal de 36 mètres sur 45  offre dès l’entrée deux portes d’accès. A l’intérieur, une multitude de possibilités.


Au cours de la déambulation, le visiteur pourra se repose au centre, s’il le trouve. Une grand place de 8 mètres sur 8, pourvue de bancs, est l’occasion de faire une pause méditative. Il sera là plongé entièrement dans le blanc. L’extérieur, à part le ciel, aura disparu derrière la superposition des couches de voiles des cloisons.


Ces places-refuges ne sont pas entendues par Marie Goussé comme des lieux de retrait ou d’isolement, mais plutôt comme des endroits où reprendre des forces avant de retourner vers le monde.


Ce motif du labyrinthe apparu dès la préhistoire se retrouve dans de très nombreuses civilisations sous des formes diverses.

Dans toute l’histoire de l’humanité, de la Crète minoenne aux jardins de l’âge classique, des gravures de l’ïle de Malé kula du Vanuatu aux tombes celtes, des dessins de Piranèse ou de Escher aux énigmes littéraires de Kafka, Borges ou Umberto Eco, le thème a fasciné architectes et philosophes, tandis que les spiritualités en font le symbole même de la démarche initiatique.


Il est l’occasion d’une véritable introspection. Les méandres symbolisent le cours de la destinée humaine, ses pièges et ses tourments.


Aujourd’hui, de la mondialisation économique et financière aux découvertes du fonctionnement du cerveau, aux réseaux informatiques, les notions de choix binaires, de ramification, de rhizome et d’interaction, sont déjà au cœur de notre vie de tous les jours.









 







Marie Goussé, Labyrinthes dans le parc de Vizille, 2011 Marie Goussé, Labyrinthes dans le parc de Vizille, 2011

Exposition du 20 mai au 19 septembre 2011. Parc du Domaine de Vizille, place du Château - 38220 Vizille. Tél.: +33 (0)4 76 68 07 35. Ouverture du parc : en mai et septembre de 9h à 19h, de juin à août de 9h à 20h. Fermé le mardi.



Marie Goussé : une marcheuse des sens, des pieds et de l’esprit.


Inlassablement à la recherche des signes de l’humanité dans nos paysages, Marie Goussé voyage à travers les espaces habités, s’imprègne de leurs esprits, s’immerge dans le terrain pour en éclairer les traces cachées dans leurs matières et dans leurs âmes, et puis, au terme d’une maturation,nous les retourner.


En continuant de cheminer en son labyrinthe intérieur, elle a retrouvé la saveur de souvenirs d’enfance. Elle y a mêlé des images venues des lectures des mythologies, de Kafka, Lorca, Borges ou Eco et de ses voyages en Asie et dans le Pacifique. La connaissance de mouvements artistiques : l’Arte Povera, le Land Art ou l’art conceptuel et les dernières découvertes de la psychanalyse et de la génétique lui permettent de doucement tisser son fil d’Ariane.


L’alchimie de ces rencontres croisées le long du chemin génère des séries d’oeuvres: sculptures de plumes, prothèses réparées, ailes de papier, refuges sans murs, matrices de voile, labyrinthes de textile...

Au fil du temps, l’artiste a joué et fait siennes ces matières à penser (à panser?) pour en jalonner le dédale de ses créations. Utilisant ces notions de fil, trame, maille, toile, textile, elle suggère au visiteur de continuer son histoire.

Archives expositions personnelles France

  Marie Goussé, Invitation au Labyrinthe, chemins voilés
   Parc du Domaine de Vizille
   20.05- 19.09.2011

Archives expositions personnelles (G)